Celui qu'on annonçait, qu'on attendait, qui n'a rien eu ? Mais si : Le Goncourt des Lycéens !

A moins que le Goncourt des Lycéens, dont le choix est toujours excellent, ne le rattrape. Et c'est fait !
Frère d'âme, de David Diop

Un superbe roman, fort et bref, dont Sophie Creuz disait avec acuité dans L'Echo que "David Diop renouvelle non seulement le regard porté sur 14-18, mais aussi le point de vue et la langue. Le point de vue c'est celui d'Alfa Ndiaye, tirailleur sénégalais "engagé pas tout à fait volontaire dans la Grande Guerre". La langue, "une forme de chant mélodique qui emprunte à l'oralité de la tradition africaine".
D'autres commentaires en cliquant ici...

L'occasion aussi de (re)découvrir son premier roman, qui évoque l'exposition universelle de 1889 et ses "nègres".


 
empty